« La disparition est une face essentielle de la vie. Instant après instant, le temps fait disparaître le présent. Les souvenirs finissent eux aussi par s’effacer. Les gens disparaîssent, les civilisations sont mortelles… En permanence le travail de la disparition fait son oeuvre. Contre l’effacement tout azimut, le surgissement permanent de la vie mais aussi le travail de la mémoire, du souvenir, de la trace, s’imposent. C’est parce qu’en continu les choses et les gens disparaîssent que le travail de la mémoire mais aussi de la parole et de l’espoir, continuemment, s’opposent à la disparition pour faire continuer à exister le monde ».

Roger-Pol Droit, Philosophe, écrivain et journaliste

 

____________________________________

 

Sabrina Karp pose, à mon sens, une question importante : qu’est-ce que la représentation photographique ? A l’évidence, rien qui n’en sort, rien qui ne s’en extrait, tout s’y maintient. Les photographies présentées offrent une visibilité bienveillante à ce qui est habituellement destiné à être maintenu dans l’obscurité. Un tout y est contenu. Un tout est un monde autonome. Une image est surtout la représentation d’une certaine réalité. Le cinéaste André S. Labarthe a écrit un jour que « le réel n’est pas à l’origine du documentaire, il en est la récompense ». Sabrina Karp pose donc son regard sur un monde à la lisière, à la limite de l’ordinaire, du banal et du quotidien, en attendant que ce réel même se révèle. Il faut du temps pour l’apercevoir - le temps du regard - car il se situe toujours dans les interstices, une marginalité dirait-on. Parfois, le réel en émerge, parfois il s’y dissimule. Des figures aspirées par les profondeurs de ce monde particulier y survivent : des personnages sans ombre, accidentés, naufragés, juste en survie parce que la vie, elle-même est trop ennuyeuse. La photographe les capte avant disparition. Ce sont déjà des souvenirs, des vestiges d’un espace et d’un temps disparus. Ce sont des spectres qui s’évanouiront dans l’esprit des visiteurs. 

Jean-François Diana